“Pile à combustible et monde hydrogène. Deux siècles d’innovation récalcitrante”, Pierre Teissier, séminaire HSHI, 1er octobre

Woking Fresque et statue de Sir William Grove
sur les murs de la piscine municipale de Woking fonctionnant avec une pile à combustible

 

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation (Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
reprendra le jeudi 1er octobre à 17h00
à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) salle de conférence RDC, 20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins.

 

Nous aurons le plaisir d’écouter l’intervention de

 Pierre Teissier,
maître de conférences en histoire des sciences et des techniques à l’Université de Nantes,
EA 1161 Centre François Viète d’Histoire des Sciences et des Techniques

Pile à combustible et monde hydrogène. Deux siècles d’innovation récalcitrante.

« Économie de l’hydrogène » : nouvelle pierre philosophale des futurologues en ce début de troisième millénaire. Pour ces oracles du capitalisme contemporain, une troisième révolution industrielle est en marche – l’hydrogène après le charbon et le pétrole. Mais, de la prophétie à son avènement, il y a un monde, encore, à fabriquer et un moteur, en son sein, à fixer. Or, ce moteur à hydrogène ou pile à combustible, dans lequel tant d’espérances et de moyens ont été investis s’est montré peu enclin à la sédentarisation depuis deux cents ans. Il est passé sans prévenir des laboratoires aux usines, des manuels scolaires aux brevets, de la Terre à la Lune. Malgré (ou à cause de) son bagage symbolique, la pile à combustible est un objet récalcitrant, qui change d’environnement social ou culturel à chaque reconfiguration scientifique ou technique. Le séminaire propose de suivre certaines reconfigurations marquantes de la pile à combustible en interaction avec son milieu, le monde hydrogène, de la fin du dix-huitième siècle à aujourd’hui. Ce cas singulier d’innovation récalcitrante permet de poser deux questions plus générales : la première, liée aux dynamiques d’innovation, interroge le décalage entre les attentes des acteurs et les résistances des objets ; la seconde, épistémologique, touche à l’ontologie dans le temps long d’un objet techno-scientifique tel que la pile à combustible.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.