23 nov. – Séminaire HSHI – Frédéric Soulu : L’observatoire d’Alger sous Charles Bulard (1860-1880)

Séminaire Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation :
circulations, communications et civilisations matérielles en Europe
(XVIIIe – XXIe s.)

L’observatoire d’Alger sous Charles Bulard (1860-1880) :

circulations, communications et culture matérielle

Frédéric Soulu
Université de Nantes, Centre François Viète

jeudi 23 novembre 2017 de 17h00 à 19h00,
à l’Institut des sciences de la communication (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins (salle de conférences, rez-de-chaussée).

 

Durant le Second Empire, le territoire algérien occupé par la France demeure administré par les militaires. Développement urbain d’Alger, activité agricole, investissements industriels et soumission ou refoulement des indigènes caractérisent cette période où les tensions politiques sont vives entre les colons civils venus d’Europe et l’administration, tant locale que métropolitaine. Charles Bulard (1825-1905) joue opportunément de ces tensions pour devenir le directeur du nouvel observatoire d’Alger.

Un équipement unique en France échoit à cet autodidacte, initié aux pratiques d’observations météorologiques et astronomiques en Angleterre, et engagé temporairement par l’observatoire de Paris. Bulard se confronte à un territoire qui résiste à son expérience européenne mais dont l’administration particulière lui permet aussi de développer de nouvelles pratiques.

Sa position ne résiste cependant ni à la constitution d’une communauté d’astronomes d’État, ni à la réorientation de la politique de la France en Algérie sous la Troisième République.

 

Bulard posant avec le T500 à l’observatoire d’El Biar. Cabane de l’instrument méridien sur la droite. Nord sur la droite du cliché. (source : LAS Bulard à Delaunay, directeur de l’Observatoire de Paris. Alger, 29 avril 1872. Bibliothèque de l’Observatoire de Paris Ms 1060V-A-1; crédit photographique : Bibliothèque de l’Observatoire de Paris).

Consulter la thèse de Frédéric Soulu Développement de l’astronomie française en Algérie (1830-1938). Astronomie de province ou astronomie coloniale ? (dans laquelle on retrouve un certain nombre d’illustrations dont la photo utilisée pour cet article).

 

Prochaines séances du séminaire HSHI:

 

  • 30 novembre : Simon Godard (Science Po Grenoble), Le CAEM et la socialisation transnationale des économistes socialistes
  • 7 décembre Thierry Laugée (Université Paris-Sorbonne), L’image au service de l’amour de la faune. Aux origines du Département de l’Education de l’American Museum of Natural History de New York
  • 14 décembre Catalina Valdes (CONICYT – Université du Chili), « … it was highly desirable they should be illustrated ». Les images de l’expédition navale- astronomique de James Melville Gilliss au Chili (1849-52)
  • 01 février Yaman Kouli (Technische Universität Chemnitz), Savoirs, brevets et politique sociale. Qu’est-ce qui (r)assemble vraiment l’Europe ?
  • 8 février Rebekah Higgit (University of Kent), Metropolitan Science: Places, Objects and Cultures of Practice and Knowledge in London, 1600-1800
  • 15 février Andreas Fickers (Université du Luxembourg, Pr. Invité LabEx EHNE),Trafic – réflexions sur l’alignement de l’histoire des médias et du transport
  • 8 mars François-Mathieu Poupeau (CNRS/LATTS – Université Paris-Est), L’électricité et les pouvoirs locaux en France (1880-1980). Une autre histoire du service public
  • 15 mars Xue Fan (Hôpital Pitié-Salpêtrière), Histoire du neurone autour de la problématique de la connexion
  • 22 mars James Cohen (Institute for Transportation Systems – The City University of New York), A post-World War 2 history of American high speed rail, including transnational relationships between France, Japan, the United States
  • 29 mars Laurent Rollet (Université de Lorraine / Ecole nationale supérieure en génie des systèmes et de l’innovation, Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré), Administrer le Bureau des longitudes en temps de Guerre (1914-1918)
  • 5 avril Hans Otto Frøland and Mats Ingulstad (Norwegian University of Science and Technology, Trondheim), European integration and the quest natural resources
  • 12 avril  Matthew B. Crawford, à propos du livre Contact – pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver (La Découverte, 2016)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.