9 nov. – Séminaire HSHI – Le transport maritime d’hydrocarbures

Séminaire Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation :
circulations, communications et civilisations matérielles en Europe
(XVIIIe – XXIe s.)

Le transport maritime d’hydrocarbures. Les compagnies pétrolières françaises entre impératifs économiques et obligation de pavillon (1918-1998),

par Benoît Doessant (Total Marketing Services)

 

jeudi 9 novembre 2017 de 17h00 à 19h00,

à l’Institut des sciences de la communication (ISCC)

20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins (salle de conférences, rez-de-chaussée).

 

La question du transport maritime est névralgique depuis les débuts de l’industrie du pétrole en 1859 pour une raison essentielle : les lieux de production, de transformation et de consommation sont distincts et souvent séparés par les océans. Il faut donc transporter une grande partie du pétrole brut depuis un nombre limité de pays producteurs vers le reste du monde avec des navires spécialisés – les pétroliers – sur de grandes distances. Cette tendance se renforce tout au long du XXe siècle avec la découverte de grandes réserves de pétrole au Moyen-Orient et en Afrique. De manière générale, le développement de la flotte pétrolière mondiale suit de près l’accroissement de la production et de la consommation de pétrole. Le transport maritime d’hydrocarbures représente encore aujourd’hui de très loin la forme de commerce international la plus importante – un tiers – avec plus de deux milliards de tonnes transportées par an, à rapporter aux cent millions de tonnes en 1935 et aux cinq cents millions de tonnes en 1960. La France, tirant les conséquences des difficultés d’approvisionnement en produits pétroliers pendant la Première Guerre mondiale, fixe tout au long du XXe siècle des règles contraignantes aux compagnies pétrolières en imposant l’obligation d’importer les deux-tiers de leurs besoins sous pavillon national. Or, celles-ci sont confrontées au problème structurant de la Marine marchande française : les coûts d’exploitation élevés de la flotte. Cette présentation tente de comprendre les stratégies mises en place par ces compagnies pour acheminer dans les meilleures conditions possibles le pétrole vers la France, malgré l’obligation de pavillon. Au-delà, il s’agit de comprendre pourquoi les compagnies pétrolières ont fini par abandonner leurs armements maritimes malgré le cadre législatif en vigueur. Total se retire en 1993 de l’activité de transport maritime. Aujourd’hui, les navires sous pavillon français appartiennent à des armateurs norvégiens ou belges, mais en aucun cas français.

 

Arrivée du Sirius de la Compagnie navale des pétroles (CNP) dans le port pétrolier de Lavéra à l’entrée de l’étang de Berre, près de la raffinerie de Provence de la CFR, 1961 (Coll. Total)

 

L’Emeraude, premier VLCC de la flotte de la Compagnie navale des pétroles (CNP), avec 223 656 tpl, mis en service en 1970 (Coll. Total)

 

 

Prochaines séances du séminaire HSHI :

  • 16 novembre Xue Fan (Hôpital Pitié-Salpêtrière), Histoire du neurone autour de la problématique de la connexion ! séance reportée au 15 mars 2018 !
  • 23 novembre : Frédéric Soulu (Université de Nantes, Centre François Viète), L’observatoire d’Alger sous Charles Bulard (1860-1880) : circulations, communications et culture matérielle 
  • 30 novembre : Simon Godard (Science Po Grenoble), Le CAEM et la socialisation transnationale des économistes socialistes
  • 7 décembre Thierry Laugée (Université Paris-Sorbonne), L’image au service de l’amour de la faune. Aux origines du Département de l’Education de l’American Museum of Natural History de New York
  • 14 décembre Catalina Valdes (CONICYT – Université du Chili), « … it was highly desirable they should be illustrated ». Les images de l’expédition navale- astronomique de James Melville Gilliss au Chili (1849-52)
  • 01 février Yaman Kouli (Technische Universität Chemnitz), Savoirs, brevets et politique sociale. Qu’est-ce qui (r)assemble vraiment l’Europe ?
  • 8 février Rebekah Higgit (University of Kent), Metropolitan Science: Places, Objects and Cultures of Practice and Knowledge in London, 1600-1800
  • 15 février Andreas Fickers (Université du Luxembourg, Pr. Invité LabEx EHNE)
  • 8 mars François-Mathieu Poupeau (CNRS/LATTS – Université Paris-Est), L’électricité et les pouvoirs locaux en France (1880-1980). Une autre histoire du service public
  • 15 mars Xue Fan (Hôpital Pitié-Salpêtrière), Histoire du neurone autour de la problématique de la connexion
  • 22 mars James Cohen (Institute for Transportation Systems – The City University of New York), A post-World War 2 history of American high speed rail, including transnational relationships between France, Japan, the United States
  • 29 mars Laurent Rollet (Université de Lorraine / Ecole nationale supérieure en génie des systèmes et de l’innovation, Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré), Administrer le Bureau des longitudes en temps de Guerre (1914-1918)
  • 5 avril Hans Otto Frøland and Mats Ingulstad (Norwegian University of Science and Technology, Trondheim), European integration and the quest natural resources
  • 12 avril  Matthew B. Crawford, à propos du livre Contact – pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver (La Découverte, 2016)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.