Pétition “Sauver les Archives nationales”

CGT-Archives

Communiqué de presse
– 30 août 2017 –

PLUS DE 6 000 SIGNATURES POUR « SAUVER LES ARCHIVES NATIONALES » !

Trois mois après la nomination de Françoise Nyssen à la tête du Ministère de la Culture, qu’en est-il du projet de démantèlement des sites de Fontainebleau et de Paris des Archives nationales, et plus globalement de la vente des immeubles du Ministère et de la densification des espaces de travail ?

La réponse est à l’image de la politique générale de ce gouvernement : continuité et aggravation.

Alors que le nouveau Cabinet laissait entendre une analyse du dossier et une prise de décision pour septembre, il n’aura pas fallu attendre pour qu’il indique clairement son intention de poursuivre totalement le « Projet CAMUS » avec toutes ses conséquences néfastes, notamment pour le devenir des trois sites des Archives nationales (Fontainebleau, Paris, Pierrefitte-sur-Seine). Cela est bien évidemment scandaleux et inacceptable !

Un fait est certain, nous ne sommes pas au bout des mauvaises surprises ! S’il fallait s’en convaincre, on relira les propositions de la Cour des comptes concernant l’avenir des Archives nationales : transformation du statut en Etablissement Public, dérogations aux obligations de versement aux Archives nationales, abandon du site parisien et transfert des documents sur le site de Pierrefitte, « optimisation » des emplois, réorganisation du travail et du temps de travail, etc.

Le syndicat CGT des Archives de France, depuis l’annonce de ce projet et celle de la démolition du site de Fontainebleau, combat la liquidation programmée des Archives nationales, institution désormais menacée de mort.

Fort de l’appui d’un nombre croissant de signataires de « L’Appel pour sauver les Archives nationales », il ne saurait être question d’accepter une telle casse et, avec les agents, notre syndicat poursuit donc plus que jamais son combat pour voir les revendications satisfaites, revendications seules à même de garantir l’avenir des missions du service public des Archives nationales et de bonnes conditions de travail pour son personnel et ses usagers.

Ces revendications doivent être entendues et satisfaites. C’est tout le sens de l’ « Appel pour Sauver les Archives nationales » et des plus de 6 000 signatures qu’il a déjà recueillies, parmi lesquelles figurent celles de :

Serge KLARSFELD, historien, avocat ; Beate KLARSFELD ; Jacques REVEL, historien, directeur d’études émérite, ancien président de l’EHESS ; Maurice GODELIER, directeur d’études EHESS, médaille d’or du CNRS ; Arlette FARGE, historienne, directrice de recherche au CNRS ; Paul VEYNE, historien, professeur honoraire au Collège de France ; Françoise HERITIER, anthropologue, professeur honoraire au Collège de France ; Jean GUILAINE, archéologue, professeur honoraire au Collège de France ; Philippe NOZIERES, membre de l’Institut, professeur honoraire au Collège de France ; Christophe CHARLE, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris La Sorbonne ; Etienne BALIBAR, professeur émérite, Université Paris Ouest, Anniversary chair in MEP, Kingston University London (R.-U) ; Marianne BASTID-BRUGUIERE, historienne, membre de l’Institut ; Jacques RANCIERE, philosophe, professeur émérite Université Paris VIII; Françoise ZONABEND, ethnologue et anthropologue, directrice d’études à l’EHESS ; Nancy L. GREEN, historienne, directrice d’études à l’EHESS; Robert DESCIMON, directeur d’études EHESS ; Christian DELPORTE, professeur d’histoire contemporaine Université St-Quentin-en-Yvelines ; Jean-Jacques MARIE, historien ; Michael LÖWY, directeur de recherches émérite au CNRS ; Michel DREYFUS, directeur de recherche, CNRS ; Joêlle BURNOUF, archéologue ; Jean NICOLAS, historien, professeur émérite, Université Paris 7 ; Lucette VALENSI, directrice d’études à l’EPHE ; Christiane KLAPISCH-ZUBER, directrice d’études honoraire à l’EHESS ; Natacha COQUERY, professeure, Université Lumière-Lyon2 ; Maurice RAJSFUS, historien, écrivain ; Pierre LERICHE, directeur de recherche émérite au CNRS, Ecole Normale Supérieure ; Claude MAZAURIC, historien, professeur émérite des universités ; Danièle FRABOULET, professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris XIII ; Denis CROUZET, professeur d’histoire moderne, Université Paris La Sorbonne ; Elisabeth CROUZET-PAVAN, professeure d’histoire du Moyen-Age Paris La Sorbonne ; Pascal BONAFOUX, professeur d’histoire de l’art, Université Paris VIII ; James COLLINS, professeur d’histoire, Georgetown University, ancien président de la Society for French Historical Studies (R.-U) ; Nicholas CANNY, historien, professeur émérite, ancien président de la Royal Irish Academy ; Dena GOODMAN, professeure d’histoire et d’études féministes, Université du Michigan (USA) ; Enzo TRAVERSO, professeur d’histoire contemporaine, Université Cornell New-York (USA) ; Sandrine KOTT, professeure d’histoire contemporaine, Université de Genève ; Marie-Hélène BENOIT-OTIS, musicologue, professeur à l’Université de Montréal ; Simon SCHAFFER, professeur d’histoire des sciences, Université de Cambridge (R.-U) ; Vincent BARRAS, historien des sciences, responsable de l’Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique, Université de Lausanne; Ian KERSHAW, historien, professeur émérite d’histoire contemporaine Université de Sheffield (R.-U.), membre de la British Academy; Benjamin ZIEMANN, professeur d’histoire moderne, Université de Sheffield (R.-U.) ; Bertrand TAVERNIER, cinéaste ; Robert GUEDIGUIAN, cinéaste et producteur ; Otar IOSSELIANI, cinéaste ; Mehdi CHAREF, cinéaste ; Catherine CORSINI, cinéaste ; Eugène GREEN, cinéaste ; Dominique CABRERA, cinéaste ; Jean-Louis COMOLLI, cinéaste ; Jean DOUCHET, cinéaste et théoricien du cinéma ; William KLEIN, photographe ; Sabine WEISS, photographe ; Bernard PLOSSU, photographe ; Hélène CIXOUS, écrivain et professeure émérite, Université Paris 8 ; Philippe JACCOTTET, écrivain ; Pierre BERGOUNIOUX, écrivain et enseignant ; Jacques ROUBAUD, écrivain et mathématicien ; Salah STETIE, écrivain ; Jean-Christophe BAILLY, écrivain ; Suzanne DOPPELT, photographe et écrivain ; Philippe RAHMY, écrivain ; Joël VERNET, écrivain ; Jean-Charles VEGLIANTE, poète et traducteur, professeur émérite Université Paris 3 ; Enzo CORMANN, écrivain et metteur-en-scène ; Serge VALLETTI, auteur dramatique ; Gilberte TSAÏ, metteur-en-scène ; Gérard ASTOR, auteur dramatique, ancien directeur du Théätre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, maître de conférences Université Paris 5 ; Martial RAYSSE, artiste peintre ; Jacques VILLEGLE, artiste plasticien ; Ernest PIGNON-ERNEST, artiste plasticien ; Vincent BIOULES, artiste peintre ; Joël KERMARREC, artiste peintre ; Nobuko WATANABE et Mark BRUSSE, artistes plasticiens ; Helga FANDERL, artiste ; Eric RONDEPIERRE, artiste et écrivain ; Matthieu LAURETTE, artiste multimédia ; Arno GISINGER, artiste et enseignant-chercheur ; Sylvain KASSAP, musicien et compositeur ; François ROSSE, compositeur et musicien ; Fernand VANDENBOGAERDE, compositeur, Inspecteur général honoraire (DGCA) ; Théo HAKOLA, musicien et écrivain (etc…)

VOUS AUSSI, SIGNEZ, FAITES SIGNER, PARTAGEZ LA PÉTITION !
(voir infra)

Pour tout contact :
CGT-Archives – 56, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
téléphone : 01 40 27 63 33 / mail : cgt.archives@culture.gouv.fr <mailto:cgt.archives@culture.gouv.fr>

——————-

CGT-Archives

Non à la démolition, non au dépeçage, non à l’amputation,
APPEL POUR SAUVER LES ARCHIVES NATIONALES

Nées du souffle de la Révolution française en 1790, les Archives nationales ont été synonymes d’entrée dans un monde nouveau, sans privilèges, sans secrets, ouvert à tous. Les archives sont notre mémoire individuelle et collective, elles sont la source première de ceux qui écrivent l’histoire, généalogistes, étudiants ou universitaires. Les archives sont aussi des éléments de preuves dont a besoin la population pour établir ou justifier des droits comme ceux touchant à la nationalité, la citoyenneté, la famille, la carrière, la succession, etc. Ainsi, les archives contribuent de manière éminente à l’exercice de la démocratie. Or, elles sont, deux cent vingt-six ans après, gravement menacées dans leur existence. Une nouvelle fois.

En 2010, Nicolas Sarkozy avait décidé l’implantation de sa Maison de l’Histoire de France, musée nauséabond de l’identité nationale, sur le site des Archives nationales de Paris. Par la mobilisation, le personnel des Archives nationales soutenu par les historiens, universitaires, étudiants et une majorité de la population, avait refusé ce projet néfaste et l’avait repoussé.

Aujourd’hui, deux décisions tout aussi dangereuses pour l’avenir des Archives nationales ont été annoncées par la ministre de la Culture, Audrey Azoulay. Il s’agit de la démolition du site des Archives nationales de Fontainebleau et de l’amputation de 11 000 mètres carrés du site de Paris. Ces choix, faits au nom du dogme de la réduction du patrimoine immobilier de l’Etat, vont à l’encontre direct de l’intérêt général et bafouent tous les principes scientifiques et archivistiques élémentaires. Seuls quelques spéculateurs et promoteurs immobiliers pourraient s’en frotter les mains.

– A Fontainebleau, où le foncier est rare, la mise en vente du terrain de 9 hectares serait à coup sûr une opportunité pour de nombreux investisseurs. Mais certainement pas pour l’Etat. Rappelons que la rénovation de toutes les structures et magasins du site de Fontainebleau est évaluée à 53 millions d’euros quand leur démolition coûterait 36 millions d’euros. Enfin, quarante archivistes pour la plupart établis en Sud Seine-et-Marne risquent de rester sur le carreau, leur poste étant supprimé/redéployé ou maintenu pour assurer la fermeture.

– A Paris, la vente à la découpe des immeubles du ministère de la Culture, dont celui de la rue des Pyramides qui est actuellement affecté au service des musées de France, pourrait aussi permettre une belle plus-value à certains investisseurs mais certainement pas à l’Etat qui vend toujours son patrimoine à vil prix (voir les exemples des ventes des Hôtels de Kinsky et de Vigny-Croisilles). Ces projets de ventes immobilières doivent définitivement être abandonnés. Les conséquences seraient un nouvel affaiblissement des missions du service public culturel de l’Etat, de nouvelles suppressions d’emplois et 500 fonctionnaires du ministère de la Culture qui pourraient être jetés à la rue, dont 250 à 300 délocalisés de force sur le site parisien des Archives nationales en lieu et place de 11 000 mètres carrés de magasins et de dépôts.

Ces deux opérations, loin de renflouer les caisses de l’Etat, mettraient en danger de mort l’institution des Archives nationales. Dépecer les Archives nationales de leurs locaux, magasins, et surfaces, c’est interdire à l’institution de poursuivre son rôle de « mémoire vivante » de l’histoire de ce pays. Démolir le site de Fontainebleau, c’est sacrifier le « grenier » de l’institution (190 kilomètres linéaires de capacité de stockage). C’est, à Paris, refuser de bonnes conditions de conservation aux chartes scellées, aux registres royaux et des institutions de l’Ancien Régime qui ont besoin de place et de reconditionnement. C’est proscrire la collecte de trente années de versement de minutes des notaires parisiens (jusqu’à l’année 1968), c’est exclure tous travaux de mise aux normes des bâtiments, et en particulier des magasins (températures, hygrométrie).

Conséquence, le site de Pierrefitte-sur-Seine – qui a ouvert au public en janvier 2013 et qui était prévu pour être exploité pendant trente ans (2043) – va se retrouver mort-né, saturé avant même d’avoir vécu, saturé de tous les documents redéployés et déménagés depuis les sites de Fontainebleau et Paris. C’est ainsi qu’il est déjà prévu de préempter la réserve foncière du site de Pierrefitte-sur-Seine 25 ans avant la date calculée et de faire construire, à partir de 2025, un nouveau bâtiment pour environ 170 millions d’euros. Au total, la démolition de Fontainebleau, ajoutée à l’amputation du site de Paris et à la construction d’un nouvel équipement à Pierrefitte, correspond à plus de 200 millions d’euros de dépenses, soit à peu de chose près la même somme qu’a coûtée la construction des équipements du « nouveau » site de Pierrefitte-sur-Seine. A la différence près que pas un mètre carré, pas un mètre linéaire nouveau ne sortira de terre. Au contraire, nous savons que l’institution disposera de moins de moyens après !

Refuser de donner les espaces et moyens nécessaires au fonctionnement des Archives nationales, c’est à court terme les asphyxier et vouer ce patrimoine qui est notre mémoire historique à la disparition pure et simple. Nous, personnel des Archives nationales, de toutes filières et de toutes catégories, administrative, scientifique, de documentation, d’accueil de surveillance et de magasinage, des métiers d’arts, ouvrière et technique, ne l’acceptons pas.

Citoyens, salariés, étudiants, chercheurs, historiens, intellectuels, généalogistes,
nous vous appelons à signer notre pétition adressée au Président de la République

PÉTITION POUR SAUVER LES ARCHIVES NATIONALES

– Pour le maintien intégral des périmètres, surfaces et locaux (magasins, ateliers, bureaux, espaces publics) du site des Archives nationales de Paris au bénéfice unique de l’institution ; pour l’abandon du projet de délocalisation des services d’administration centrale du ministère de la Culture ; pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme pluriannuel de travaux, de rénovation et de mise aux normes (conditions de conservation, sécurité incendie, entretien du bâti) de l’ensemble des locaux, et en particulier des magasins.

– Maintien d’un site disposant d’une capacité de stockage d’au moins 200 kilomètres linéaires à Fontainebleau, pour le lancement de tous les travaux nécessaires à la consolidation, rénovation et remise aux normes des bâtiments pour une réouverture au public la plus rapide possible ; maintien des fonds d’archives sur le site ; maintien de tous les postes de travail, emplois et agents ; respect du volontariat strict, pas de mutations forcées.

– Respect de la planification initiale de montée en charge des équipements du site de Pierrefitte-sur-Seine ; respect des délais et termes d’exploitation prévus ; respect du plan de gestion des réserves foncières du site ; pour des créations d’emplois et la reconnaissance de la pénibilité des conditions de travail et de vie au travail.

NOM :
PRÉNOM :
QUALITÉ :
ADRESSE/MAIL :
SIGNATURE :

Cette pétition sera remise à Emmanuel Macron, Président de la République

Transmettez vos signatures de soutien :
– par courrier postal : CGT-Archives 56, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
– par mail : cgt.archives@culture.gouv.fr <mailto:cgt.archives@culture.gouv.fr>
– fax : 01 40 27 63 66

Paris, le 9 janvier 2017


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.