Séminaire HSHI 2017-2018 première séance jeudi 12 octobre à 17h : La religion industrielle

Retour aux sources de la manufacture du monde occidental avec le philosophe Pierre Musso, qui sort « La religion industrielle » aux Editions Fayard.

Quatrième de couverture :

L’industrie est une vision du monde et pas seulement un phénomène historique. Avant d’être machinisme, elle est une grande machinerie intellectuelle. Nous vivons et nous croyons dans les « Révolutions industrielles » qui se multiplient depuis deux siècles.
Cet ouvrage porte un regard anthropologique et philosophique de l’Occident sur lui-même. Cet Occidental selfie met au jour sa puissante religion industrielle, jamais vue comme telle.
L’industrie absorbe tout. Elle fait tenir l’architecture culturelle de l’Occident. Car l’Occident a bien une religion. Il ne s’est produit aucune « sécularisation ». La religion ne peut disparaître : elle se métamorphose. Avec la « Révolution industrielle », un « nouveau christianisme » technoscientifique a été formulé.
Cet ouvrage donne à voir la naissance, dans la matrice chrétienne, d’une religion rationnelle qui est désormais notre croyance universelle. L’esprit industriel s’est emparé du plus grand mystère de l’Occident chrétien, celui de l’Incarnation, et l’a inscrit dans divers grands Corps pour transformer le monde : ceux du Christ, de la Nature, de l’Humanité et de l’Ordinateur.
Pierre Musso explore la généalogie de la religion industrielle et met en évidence trois bifurcations majeures institutionnalisées dans le monastère (xie-xiiie siècles), la manufacture (xviie-xviiie) puis l’usine (xixe), avant de constituer l’entreprise (xxe-xxie). Son élaboration s’est accomplie sur huit siècles pour atteindre son apogée avec la « Révolution managériale », la cybernétique et la numérisation.

Lire un extrait

 

Ce qu’en dit Pierre Musso à la Grande table (11/05/2017) sur France Culture

« Aux fondements de l’industrie, il y a bien plus qu’une fabrique de biens. Il y a déjà des mythes, une croyance profonde dans le progrès, une foi dans la rationalité.

A l’heure de la désindustrialisation, un chercheur s’est penché sur l’industrie, comme vision du monde. Loin d’acter sa disparition, il en raconte la genèse et analyse ses métamorphoses.

Dans l’actualité des idées aujourd’hui, retour sur une vaste entreprise, une grande machinerie intellectuelle, avec notre invité :

Le philosophe Pierre Musso, professeur en Sciences de l’information et de la communication à Telecom Paris tech, où il a créé la Chaire ‘Modélisations des imaginaires, innovation et création »… Aujourd’hui conseiller scientifique à l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes.

Spécialiste de Saint-Simon, auteur en 2013 de « L’imaginaire industriel », il publie aujourd’hui « la religion industrielle. Monastère, Manufacture, Usine », une généalogie de l’entreprise » chez Fayard. Un regard anthropologique sur l’Occident.

« Notre vision de l’industrie est inexacte : notre société est plus ‘hyper-industrielle’ que ‘post-industrielle’. »

« Le paradigme est double: rencontre entre le dogme cybernétique et le dogme managérial. »

« Nous sommes entrés dans une ère de surrationnalisme : la gouvernance des hommes par les chiffres, les nombres, les machines. »

« Penser à partir de l’entreprise, c’est assimiler la société à une manufacture ».

« La vision du monde la plus largement partagée combine foi et loi : les règles du croire, et des normes de comportement. »

« La religion ne disparaît pas, elle se métamorphose. »

Pierre Musso, La Grande Table

 

Prochaines séances du séminaire HSHI :

 

  • 19 octobre Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, EHESS-CNRS-MNHN), Comment et pourquoi photographier la lune ? flous, cartes et portraits lunaires au XIXe siècle 
  • 9 novembre Benoît Doessant (Total Marketing Services), Le transport maritime des hydrocarbures
  • 16 novembre Xue Fan (Hôpital Pitié-Salpêtrière), Autour de la problématique de la connexion: de la naissance du neurone à la connectomique et à la modélisation du cerveau 
  • 23 novembre : Frédéric Soulu (Université de Nantes, Centre François Viète), L’observatoire d’Alger sous Charles Bulard (1860-1880) : circulations, communications et culture matérielle
  • 30 novembre : Simon Godard (Science Po Grenoble), Le CAEM et la socialisation transnationale des économistes socialistes
  • 7 décembre Thierry Laugée (Université Paris-Sorbonne), L’image au service de l’amour de la faune. Aux origines du Département de l’Education de l’American Museum of Natural History de New York
  • 14 décembre Catalina Valdes (CONICYT – Université du Chili), « … it was highly desirable they should be illustrated ». Les images de l’expédition navale- astronomique de James Melville Gilliss au Chili (1849-52)
  • 01 février Yaman Kouli (Technische Universität Chemnitz), Knowledge, Patents and Social Policy – What keeps Europe really together?
  • 8 février Rebekah Higgit (University of Kent), Metropolitan Science: Places, Objects and Cultures of Practice and Knowledge in London, 1600-1800
  • 15 février Andreas Fickers (Université du Luxembourg, Pr. Invité LabEx EHNE), Trafic – réflexions sur l’alignement de l’histoire des médias et du transport
  • 8 mars            François-Mathieu Poupeau (CNRS/LATTS – Université Paris-Est), L’électricité et les pouvoirs locaux en France (1880-1980). Une autre histoire du service public
  • 15 mars programme à venir
  • 22 mars James Cohen (Institute for Transportation Systems – The City University of New York), A post-World War 2 history of American high speed rail, including transnational relationships between France, Japan, the United States
  • 29 mars Laurent Rollet (Université de Lorraine / Ecole nationale supérieure en génie des systèmes et de l’innovation, Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré), Administrer le Bureau des longitudes en temps de Guerre (1914-1918)
  • 5 avril            Hans Otto Frøland and Mats Ingulstad (Norwegian University of Science and Technology, Trondheim), European integration and the quest natural resources
  • 12 avril  Matthew B. Crawford, à propos du livre Contact – pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver (La Découverte, 2016)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.