Annonce de colloque : Travaux publics de guerre et d’après-guerre (19-20 juin)

Travaux publics de guerre et d’après-guerre :

administration, politiques et expertises

autour d’un ministère civil mobilisé

pour la guerre de 1914-1918 et pour la reconstruction

Colloque scientifique international

19 juin 2014, Paris, 244, boulevard Saint-Germain

20 juin 2014, Grande Arche de La Défense

 

 Le colloque s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la Première Guerre mondiale. Labellisé par la Mission du Centenaire, il est organisé par le Comité d’histoire du ministère de l’Égalité des territoires et du Logement et par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ainsi que par un groupe de chercheurs, provenant notamment du LabEx Écrire une histoire nouvelle de l’Europe, porté par l’Irice UMR 8138 « identités, relations internationales et civilisations de l’Europe » (Universités Paris 1, Paris 4, CNRS).

Depuis sa création en 1831, le ministère des Travaux publics avait été une façon de structurer durablement l’État et de matérialiser la présence de la nation dans les territoires. En 1914, il était notamment chargé des questions de transports et de mobilité, de l’approvisionnement énergétique et des communications.

Entre 1914 et 1918 et au cours des années 1920-1930, les personnels ont participé à la construction et à la cicatrisation d’un État et d’une nation plongés dans ce qu’on a appelé une « guerre totale ». Au regard des cultures de guerre, l’empreinte de la guerre elle-même ne se limitait pas aux aspects militaires : elle concernait aussi la société de l’arrière et son quotidien, en France et dans les autres pays belligérants.

Il s’agissait, pour les pouvoirs publics, d’organiser la réquisition des infrastructures et des services de transport pour assurer la mobilité des personnes et des biens, de contrôler l’activité minière et l’importation de ressources énergétiques, de contribuer à l’industrialisation de la guerre, de superviser la poste et les réseaux de télécommunications et, après 1918, de reconstruire le territoire, les d’ouvrages d’art  guerre mais aussi de moderniser les entreprises en sortant de l’économie de guerre..

L’objectif du colloque est de rappeler la trajectoire et l’action du ministère des Travaux publics et des autres acteurs publics et privés concernés durant la période, avec des comparaisons avec ce qui se passait dans d’autres pays.

Les « travaux publics » s’inscrivaient dans le contexte d’un  « développement exubérant » de l’État et de compétences ministérielles mouvantes. Le pouvoir ministériel était inséré dans un ensemble de relations avec les acteurs et les représentants des intérêts publics et privés dans un contexte bouleversé par les lourdes contraintes de la guerre et de l’après-guerre.Les missions du ministère des Travaux publics, souvent partagées avec d’autres administrations civiles et militaires, assuraient des liens logistiques de plus en plus cruciaux entre le front, l’arrière et les Alliés. Avec leurs services territoriaux et les entreprises réquisitionnées, les ministères soutenaient les armées tout en participant à l’économie de guerre. Ces interventions étaient en prise directe avec les conditions de vie des Français durant le conflit ainsi que pendant les deux décennies suivantes où se produisaient des changements importants modifiant les modes de vie et les comportements de la société française en matière de mobilité et d’usage de l’énergie.

La connaissance des politiques publiques liées aux Travaux publics durant cette période est ancienne ou dispersée, sans vue d’ensemble. Les intervenants seront amenés à nous remémorer, par exemple, le déménagement puis le réaménagement du territoire, la gestion des crises, les rapports changeants entre les services militaires et civils, la création de nouvelles structures étatiques induite par la guerre puis par la reconstruction (Étienne Clémentel, Albert Thomas, Louis Loucheur, Marcel Sembat, Albert Claveille), l’engagement des personnels, de l’ingénieur au cantonnier, les progrès techniques, l’industrialisation de la guerre puis l’émergence de nouvelles activités industrielles et de services.

Il y aura des comparaisons avec d’autres pays belligérants, dans le cadre d’une histoire comparée ou d’une histoire transnationale croisée, et le rappel d’expressions étrangères des travaux publics de guerre telles que celles liées à l’arrivée des troupes américaines.

La première journée portera sur la période de la guerre elle-même :

  • le ministère des Travaux publics dans la guerre ;
  • la mobilisation des ressources énergétiques au service de l’effort de guerre ;
  • la réquisition des moyens et des services de transports (chemin de fer, flotte de commerce) et le développement de nouveaux modes de mobilité (automobile et camion, aviation)

La seconde journée couvrira une temporalité englobant les années 1920-1930 :

  • L’accélération des progrès techniques consécutifs à la guerre, les politiques publiques de développement des infrastructures et des services d’énergie, de communication et de mobilité ;
  • La reconstruction des zones dévastées et du territoire, la reconstruction d’une économie industrielle.

Le Comité scientifique est composé de Alya Aglan-Wismann (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Irice LabEx EHNE), Pierre Chancerel (ATER à l’université de Picardie-Jules Verne), Corine Defrance (directrice de recherche au CNRS, UMR Irice LabEx EHNE), Clotilde Druelle-Korn (maître de conférences en histoire contemporaine économique et sociale à l’université de Limoges), Mathieu Flonneau (maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Irice LabEx EHNE, P2M), André Guillerme (professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers), Léonard Laborie (chargé de recherche au CNRS, UMR Irice LabEx EHNE), Philippe Nivet (professeur d’histoire contemporaine et directeur de l’UFR d’histoire et de géographie à l’université de Picardie Jules Verne), Arnaud Passalacqua (maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Diderot, P2M).

Les inscriptions se font sur le site du Comité d’histoire du ministère de l’Égalité des territoires et du Logement (METL) et du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE)

http://enqueteur.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=34425&lang=fr

 

 



Citer ce billet
europeflux (2014, 8 avril). Annonce de colloque : Travaux publics de guerre et d’après-guerre (19-20 juin). L'Europe des flux. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/olbb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search