Georges Pompidou et le bonheur : une certaine idée de la France heureuse

L’Institut Georges Pompidou organise au Centre Pompidou, les 30 et 31 mars 2016, un colloque intitulé « Georges Pompidou et le bonheur : une certaine idée de la France heureuse ». Ce colloque s’interrogera à la fois sur les réalités et les mythes des années Pompidou, ses modes de vie, ses aspirations, ses choix matériels, mais aussi sur la trace et l’image rétrospective de la « France heureuse » des années 1960-1970.

Programme complet

Liste des intervenants

Présentation scientifique :

Le contexte historiographique – L’Institut Georges Pompidou a organisé, depuis les années 1990, une vingtaine de colloques consacrés à Georges Pompidou et son action. Ces colloques, tous publiés, ont étudié en détail la prise de décision dans les années 1960-1970, passant en revue les grands champs d’action gouvernementaux nationaux (aménagement du territoire, agriculture, action sociale, jeunesse…), certains aspects de la politique étrangère (construction européenne, relations avec les États-Unis) ou encore des « moments » historiques (1958, 1968, 1969). L’Institut souhaite désormais élargir son approche des « Trente Glorieuses » en adoptant un point de vue élargi, transversal, axé sur l’étude de la société et des individus, dans une démarche d’aller-retour entre décision politique et évolutions globales.

Le colloque « Penser l’avenir au temps de Georges Pompidou », tenu à l’IRCAM en novembre 2014, a mis en valeur l’importance du thème du bonheur dans la pensée du Président Pompidou, mais aussi, plus largement, dans les réflexions du temps : foi dans l’avenir ou crise de civilisation, l’aspiration au bonheur, des individus comme de la Nation, est au cœur des réflexions.

Ce thème est d’autre part d’une actualité scientifique renouvelée. Depuis l’ouvrage de Jean-Pierre Rioux en 2004, Au bonheur la France (Paris, Perrin), les études de Rémi Pawin (Histoire du bonheur en France depuis 1945, Paris, Robert Laffont, 2013), Jean Vigreux (Croissance et contestations, 1958-1981, Paris, Seuil, 2014) ou encore Claudia Senik (L’économie du bonheur, Paris, Le Seuil, 2014) ont attiré l’attention sur la construction par la société civile et ses acteurs d’un sentiment diffus de bonheur durant les « Trente Glorieuses ». Ces développements scientifiques sont multiples et interdisciplinaires : pour la seule année 2014, en France, colloque « L’art comme figure du bonheur » (Paris 8, septembre 2014), colloque interreligieux « L’économie du bonheur » (Nantes, octobre 2014), rencontre « Les idées mènent le monde » sur le thème « Le Bonheur » (Pau, novembre 2014), numéro thématique de la revue K@iros (université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand).

Georges Pompidou et le bonheur – « Les peuples heureux n’ont pas d’histoire », citait Georges Pompidou dans une interview de 1969, espérant que les historiens oublieraient son nom mais se souviendraient du bonheur de ses années de mandat. La mémoire collective conserve des « années Pompidou » l’image d’une « France heureuse », d’autant plus regrettée qu’elle contraste avec les crises qui se sont enchaînées à partir des années 1970. Mais ces années sont aussi celles de nombreuses contestations et remises en cause, ce qui contribue à alimenter un certain paradoxe français : se dire moins heureux que d’autres peuples, à conditions de vie égales.

Les questions posées à un « âge d’or » viseront donc à éclairer sur la pérennité et la plénitude supposée mais naturellement fragile d’un « modèle français » constitué après la Seconde Guerre mondiale et assuré par la période gaullienne. Ce dont la France pompidolienne hérite, ce qu’elle porte de neuf, de durable, ce qu’elle rend plus accessible et ce qu’elle va léguer par la suite, voilà des perspectives que ce colloque entend explorer au cours d’une réflexion collective et de la confrontation avec des acteurs.

 

Comité scientifique du colloque :

  • Éric Bussière (professeur à l’Université Paris-Sorbonne, directeur du Labex EHNE)
  • Mathieu Flonneau (maître de conférences à l’Université Paris 1–Panthéon-Sorbone)
  • Christine Manigand (professeur à l’Université Paris 3–Sorbonne Nouvelle, présidente du Conseil scientifique de l’Institut Georges Pompidou)
  • Émilia Robin (directrice des études à l’Institut Georges Pompidou)

Renseignements et contact : recherche@georges-pompidou.org ou par téléphone : 01 44 78 42 46


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *