De la fluidité croissante des transbordements dans les ports occidentaux au XIXe siècle

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
recevra

Bruno Marnot,
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle, CRHIA,
Directeur-adjoint du GIS Histoire et Sciences de la Mer

jeudi 8 octobre à 17h00
dans la salle de conférence de l’Institut des sciences de la communication (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins.

Il interviendra sur le thème :

De la fluidité croissante des transbordements dans les ports occidentaux au XIXe siècle

Résumé
L’une des conditions, caractéristiques et forces du capitalisme issu de la révolution industrielle du XIXe a résidé dans la vitesse de circulation croissante des biens, des capitaux, des hommes et des informations. Les ports de commerce maritimes n’ont pas échappé à cette règle dans la mesure où les acteurs économiques (consommateurs, industriels, négociants, voyageurs, etc.) exigeaient des délais d’acheminement toujours plus rapides. Les organismes portuaires été contraints de s’adapter à cette nouvelle donne en améliorant la séquence de rupture de charge entre avant et arrière-pays, et ce d’autant plus qu’ils étaient soumis aux pressions constantes de moyens de transport terrestres et maritimes de plus en plus performants. Les réponses ont été avant tout d’ordre technique avec la mise en place de nouveaux outils et structures de transbordement. Toutefois, ces aménagements ont eu des effets sur le travail de manutention et l’organisation de l’espace des quais, deux aspects qui ont participé à la dynamique de fluidification du passage terre-mer.

Programme annuel

Image Fonds Colbert Port de Bayonne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *