Séminaire « Histoire des sciences, histoire de l’innovation » 2 février :Les scientifiques européens dans la controverse des années 1970 au sujet de la destruction de la couche d’ozone

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
a le plaisir d’accueillir

Régis Briday (LATTS)

le jeudi 2 février de 17 à 19h

Lieu : Institut des sciences de la communication (ISCC), salle de conférence (rdc)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins

images

Il interviendra sur

« Les scientifiques européens dans la controverse des années 1970 au sujet de la destruction de la couche d’ozone. Réflexions sur les visages du scientifique-expert et du scientifique-intellectuel, autour des cas Richard Scorer et James Lovelock »

Résumé

Dans sa présentation, Régis Briday reviendra sur un épisode peu documenté de l’histoire environnementale : la controverse sociotechnique au sujet de la destruction de la couche d’ozone dans les années 1970, qui a été impétueuse aux États-Unis. L’intervenant concentrera son analyse sur les scientifiques de l’atmosphère et du climat européens. Il décrira les intérêts contrastés de ces acteurs de la controverse, autour de ce qui fut l’une des premières grandes entreprises d’expertise pour le politique au sujet d’une perturbation anthropique de l’environnement global. Il proposera, en particulier, des réflexions (en cours) sur les types « d’engagements publics » des scientifiques de l’atmosphère et du climat dans les années 1970, décennie au cours de laquelle d’importantes reconfigurations épistémiques sont à l’œuvre, ainsi que d’importantes reconfigurations politiques mobilisant des récits de scientifiques.

Régis Briday est historien des sciences, spécialisé dans l’étude des sciences et des politiques de l’atmosphère et du climat. Il est titulaire d’une thèse de l’EHESS en « Histoire des sciences » effectuée au Centre Alexandre Koyré, intitulée « Une histoire de la chimie atmosphérique globale. Enjeux disciplinaires et d’expertise de la couche d’ozone et du changement climatique » (2014).

 

Prochaines séances :

  • 23 févrierHartmut Rosa (Friedrich-Schiller-Universität Jena)
    Setting the world in motion and making it available: Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization.
  • 2 mars     Martina Schiavon (Université de Lorraine/ÉSPÉ de Lorraine)
    Le projet Bureau des longitudes (1795-1932) : de la valorisation du patrimoine à la recherche.
  • 9 mars     Ronan Le Roux (LIS/Université Paris-Est Créteil)
    Le Dr. Jacques Sauvan et le mystérieux Département Cybernétique de la SNECMA (1963-1970).
  • 16 mars     Bruno Belhoste (IHMC/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Le mesmérisme entre science et non-science, un débat au 18e siècle.
  • 23 mars     Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC/Université de Nice Sophia-Antipolis)
    Communiquer dans l’Europe savante, de l’âge classique aux Lumières.
  • 30 mars     Karena Kalmbach (Technische Universiteit Eindhoven, TU/e)
    Using the past for debating the future: the role of Chernobyl in British and French nuclear discourses.
  • 20 avril     Rebekah Higgit (University of Kent)
    The Royal Observatory, Greenwich, in public: towards an ‘eccentric biography’ of the institution’s early years.
  • 27 avril     David Edgerton (King’s College London) sous réserve
    Transport and British history.
  • 4 mai     Lino Camprubi (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)
    Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean.
  • 11 mai     Ana Cardoso de Matos (Universidade de Évora)
    L’hydroélectricité au Portugal dans le contexte européen : circulation des ingénieurs, transfert de technologie et construction des paysages de l’innovation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *