Appel à communication : International conference – L’énergie des marées hier, aujourd’hui, demain

 

appel_a_communications-marees / call-for-papers

Cet appel à communications et/ou à posters propose d’aborder la façon dont l’énergie des marées est ou a été exploitée par l’homme quelle que soit l’époque ou le lieu. Précisons en préambule que le propos concernera l’énergie marémotrice dite potentielle, c’est à dire basée sur une différence de niveau d’eau de part et d’autre d’une digue ou d’un barrage à l’image des moulins à marée ou des usines marémotrices.

Aussi n’insisterons-nous pas sur l’exploitation de l’énergie cinétique de la marée qui utilise les courants de marée à la façon des hydroliennes en mer, même si celle-ci peut être évoquée dans un exposé à titre comparatif ou informatif par exemple. Le parti pris de délaisser l’énergie cinétique ne signifie aucunement qu’elle aurait un moindre intérêt dans l’absolu et sa présence au sein du mix énergétique de tel ou tel territoire est a priori positive et souhaitable. Cette forme d’énergie présente d’indéniables atouts, par exemple pour l’alimentation de populations isolées telles que les communautés insulaires.

Une raison de cette mise à l’écart est, qu’à l’inverse de l’énergie marémotrice potentielle, c’est une forme très récente de production d’énergie, ce qui exclurait des approches liées à l’histoire ou à l’archéologie. En outre, immergées au large en permanence, les hydroliennes n’impliquent pas d’aménagement particulier et ne participent pas ou peu au traitement de l’interface terre-mer qui nous intéresse ici à travers des enjeux liées à l’architecture, au paysage, à l’aménagement ou aux usages sur les littoraux. Une autre raison tient à la considération de l’énergie marémotrice potentielle, radicalement différente selon le lieu ou l’époque. Des pays ne la soutiennent pas ou plus alors qu’il s’agit de l’énergie marine renouvelable la mieux maîtrisée, pour l’heure l’une des plus rentables rapportée au mégawattheure installé et qu’ils ont pu être pionniers en la matière à l’image de la France. D’autres au contraire misent plus que jamais sur cette technologie (Corée du Sud, Royaume-Uni…). Pourquoi un pays sujet aux marées devrait-il choisir entre énergie potentielle et cinétique ? La présence des deux au sein d’un mix énergétique ne serait-elle pas préférable ?

Ce colloque aura lieu du 20 au 22 juin 2017. Il comprendra deux journées de communications à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne et à l’Université de Rennes 1 et une journée de visite sur l’estuaire de la Rance.

Les auteurs sont invités à soumettre des propositions s’inscrivant de préférence dans l’un ou plusieurs des axes suivants :

  • Énergie des marées et patrimoine, que ce patrimoine possédant des qualités architecturales soit artisanal (lié à la meunerie ou à toute activité ayant existé grâce au mécanisme d’un moulin), industriel, culturel et/ou naturel ;
  • Architecture, paysage et énergie des marées afin de traiter les occasions d’architecture et les questions d’insertion paysagère liées à des ouvrages marémoteurs existants ou en projet ;
  • Archéologie de moulins à marée. Thème invitant à exposer les principaux résultats de fouilles archéologiques ayant concerné des moulins à marée ces dernières années ;
  • Histoire de l’utilisation des marées. Les données nouvelles ou peu diffusées traitant de l’utilisation des marées dans des pays ou régions où son histoire reste peu retranscrite ou abordant un moulin à marée oublié ou jusqu’à présent peu renseigné seront ici privilégiées ;
  • Énergie des marées et conflits d’usages ou d’occupation à propos des tensions impliquant un équipement marémoteur (moulin, usine…) ayant ou non conservé sa fonction originelle ;
  • Énergie des marées et aménagement des espaces littoraux notamment à travers le rôle des équipements marémoteurs en matière d’aménagement des littoraux au regard de la seule production énergétique ou bien de la multifonctionnalité des ouvrages existants ou projetés ;
  • Perspectives et prospective marémotrices et énergies renouvelables. Ce point abordera l’avenir envisageable du marémoteur au sein du mix énergétique en général ou dans un territoire en particulier ;
  • Énergie marémotrice et préservation de l’environnement. L’impact environnemental de l’énergie marémotrice, pourtant renouvelable et non émettrice de gaz à effet de serre, n’est pas forcément neutre compte tenu de l’emprise et du fonctionnement d’ouvrages parfois au sein d’espaces naturels sensibles ;
  • Énergie marémotrice et droit. Cet item soulignera que créer, réhabiliter ou exploiter un ouvrage marémoteur suscite des difficultés juridiques liées aux régimes des espaces d’implantation, à la nature de l’activité et ses liens ténus avec l’intérêt général, au rôle prépondérant de l’État et au caractère intermittent de l’énergie produite.
13 Février 2017 : dernier délai pour soumission des propositions de communications

Comité local d’organisation
Lorena AUDOUARD, Assistante Service Recherche, ENSAB
Vincent BERNARD, Chercheur, UMR 6566 CReAAH, Université Rennes 1
Laëtitia BOUVIER, Directrice Service Recherche, ENSAB
Marie-Pascale CORCUFF, Maître assistante, GRIEF, ENSAB
Annie DELAHAIE, Secrétariat, UMR 6566 CReEAH, Université Rennes 1
Dominique LAMANDÉ, Maître assistant, GRIEF, ENSAB
Ewan SONNIC, Chercheur, GRIEF, ENSAB

Équipes organisatrices
Groupe de Recherche sur l’Invention et l’Évolution des Formes (GRIEF), École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne
Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire (CReAAH), UMR 6566, Université Rennes 1

Renseignements
Ewan SONNIC ewan.sonnic@rennes.archi.fr 02 99 29 68 32
ou Laëtitia BOUVIER laëtitia. bouvier@rennes.archi.fr 02 99 29 61 61


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *