Innovations et rationalisation dans la gestion de la production de l’armement en guerre : l’exemple du ministère Thomas (1915-1917)

thomas_haig_joffre_lloyd_george_at_meaulte_france_1916_iwm_q_1177

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
a le plaisir de vous convier à la dernière communication de cette année 2016.

Adeline Blaszkiewicz, doctorante en histoire contemporaine (CHS, Paris 1 – Panthéon Sorbonne),
interviendra le jeudi 15 décembre de 17 à 19h.

Lieu : Institut des sciences de la communication (ISCC), salle de conférence (rdc), 20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins

Résumé :

La Grande Guerre fut perçue comme une « guerre de sciences et de machines » (Paul Painlevé), ainsi que comme « une formidable expérience économique et sociale » (Albert Thomas). Avec le tournant de la guerre de position en 1915, et son installation dans la durée, l’Etat s’adapte et crée de nouveaux services spécifiquement dédiés à la gestion du conflit. C’est le cas du Sous-secrétariat d’Etat à l’Artillerie et aux Munitions (SSEAM) confié au député socialiste et normalien Albert Thomas qui doit prendre en charge la production d’artillerie et de munitions, de même que la gestion de la main d’œuvre des usines de guerre. La priorité semble alors donnée à une productivité accrue, dans un contexte de concurrence avec l’ennemi allemand. Si la place des innovations techniques est alors centrale dans le débat public, elle est plus ambigüe aux yeux des services de l’Armement : favorisées si elles permettent d’accélérer rapidement la production de guerre, elles ne semblent pas être la priorité des services de Thomas, dont les relations avec la Direction des Inventions placée sous l’égide du ministère de l’Instruction confié à Painlevé depuis novembre 1915, semblent difficiles. Jaloux de ses prérogatives, le SSEAM s’empare pourtant de ces questions et favorise les expérimentations immédiatement applicables au détriment des recherches de longue haleine, ce qui se trouve à l’ordre du jour dans le Bulletin des usines de guerre, véritable organe de « propagande » du service désormais érigé en Ministère de l’Armement. La création de ce nouveau service est surtout un bon exemple du processus de rationalisation administrative au service d’un projet réformiste qui passe principalement par des innovations sur le plan social.

Prochaines séances :

  • 2 février          Régis Briday (LATTS)
    Retour sur la controverse états-unienne au sujet de la destruction de la couche d’ozone dans les années 1970.
  • 23 février     Hartmut Rosa (Friedrich-Schiller-Universität Jena)
    Setting the world in motion and making it available: Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization.
  • 2 mars          Martina Schiavon (Université de Lorraine/ÉSPÉ de Lorraine)
    Le projet Bureau des longitudes (1795-1932) : de la valorisation du patrimoine à la recherche.
  • 9 mars          Ronan Le Roux (LIS/SPHERE/Université Paris-Est Créteil)
    Le Dr. Jacques Sauvan et le mystérieux Département Cybernétique de la SNECMA (1963-1970).
  • 16 mars          Bruno Belhoste (IHMC/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Le mesmérisme entre science et non-science, un débat au 18e siècle.
  • 23 mars          Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC/Université de Nice Sophia-Antipolis)
    Communiquer dans l’Europe savante, de l’âge classique aux Lumières.
  • 30 mars          Karena Kalmbach (Technische Universiteit Eindhoven, TU/e)
    Using the past for debating the future: the role of Chernobyl in British and French nuclear discourses.
  • 20 avril          Rebekah Higgit (University of Kent)
    The Royal Observatory, Greenwich, in public: towards an ‘eccentric biography’ of the institution’s early years.
  • 27 avril          David Edgerton (King’s College London) sous réserve
    Transport and British history.
  • 4 mai          Lino Camprubi (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)
    Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean.
  • 11 mai          Ana Cardoso de Matos (Universidade de Évora)
    L’hydroélectricité au Portugal dans le contexte européen : circulation des ingénieurs, transfert de technologie et construction des paysages de l’innovation.

Image: Thomas Haig, Joseph Joffre, Lloyd George et Albert Thomas à Meaulte France 1916, IWM Q 1177


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *