La Tour Lumière Cybernétique de La Défense (1963-1978) : éléments pour une histoire technique et politique

paris-matchLe séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
a le plaisir de vous convier à la communication de

Dominique Trudel, chercheur à l’ISCC.

Il interviendra le jeudi 8 décembre de 17 à 19h.
Lieu : Institut des sciences de la communication (ISCC), salle de conférence (rdc)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins.

Résumé :

À partir de 1963, le projet de construction d’une Tour Lumière Cybernétique à Paris a suscité un grand intérêt dans l’opinion publique, dans différents cercles artistiques et scientifiques ainsi que chez de nombreux politiciens et administrateurs. Jamais construite, la tour imaginée par l’artiste franco-hongrois Nicolas Schöffer (avec la collaboration de Philips) devait être plus haute que la tour Eiffel et constituer l’emblème du nouveau quartier de La Défense et l’épicentre de la « ville cybernétique » de Paris. En juillet 1967, Paris Match consacrait d’ailleurs un dossier spécial à ce « mobile cybernétique fulgurant d’éclairs et de flashes polychromes », soulignant que « de tous les projets étudiés officiellement pour le Paris nouveau, celui-ci est le plus gigantesque ».

Ce séminaire propose d’explorer les contextes politiques et techniques qui ont contribué au développement et à l’adoption du projet (qui a notamment été soutenu par Malraux, de Gaulle et Pompidou) ainsi qu’à son éventuel abandon. D’une part, nous aborderons les grands projets urbanistiques de l’époque, notamment le plan d’aménagement du quartier de La Défense préparé par l’EPAD (1964) et le Schéma directeur de l’aménagement de l’urbanisme de la région de Paris (1965). D’autre part, nous étudierons l’articulation du projet de Schöffer aux politiques de développement des secteurs de l’informatique et des télécommunications. Tandis que l’échec d’Unidata (1975) a compromis les rapports entre Philips et l’administration, le passage d’une informatique des super-ordinateurs à celle des réseaux décentralisés et à la « télématique » (Nora-Minc, 1978) a marqué l’adoption d’un nouveau paradigme dans lequel la Tour Lumière Cybernétique n’était plus soluble.

Prochaines séances :

  • 15 décembre   Adeline Blaszkiewicz (Centre d’histoire sociale du XXe siècle/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Albert Thomas et l’innovation dans les usines d’armement : un avatar du réformisme
  • 2 février          Régis Briday (LATTS)
    Retour sur la controverse états-unienne au sujet de la destruction de la couche d’ozone dans les années 1970.
  • 23 février     Hartmut Rosa (Friedrich-Schiller-Universität Jena)
    Setting the world in motion and making it available: Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization.
  • 2 mars          Martina Schiavon (Université de Lorraine/ÉSPÉ de Lorraine)
    Le projet Bureau des longitudes (1795-1932) : de la valorisation du patrimoine à la recherche.
  • 9 mars          Ronan Le Roux (LIS/SPHERE/Université Paris-Est Créteil)
    Le Dr. Jacques Sauvan et le mystérieux Département Cybernétique de la SNECMA (1963-1970).
  • 16 mars          Bruno Belhoste (IHMC/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Le mesmérisme entre science et non-science, un débat au 18e siècle.
  • 23 mars          Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC/Université de Nice Sophia-Antipolis)
    Communiquer dans l’Europe savante, de l’âge classique aux Lumières.
  • 30 mars          Karena Kalmbach (Technische Universiteit Eindhoven, TU/e)
    Using the past for debating the future: the role of Chernobyl in British and French nuclear discourses.
  • 20 avril          Rebekah Higgit (University of Kent)
    The Royal Observatory, Greenwich, in public: towards an ‘eccentric biography’ of the institution’s early years.
  • 27 avril          David Edgerton (King’s College London) sous réserve
    Transport and British history.
  • 4 mai          Lino Camprubi (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)
    Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean.
  • 11 mai          Ana Cardoso de Matos (Universidade de Évora)
    L’hydroélectricité au Portugal dans le contexte européen : circulation des ingénieurs, transfert de technologie et construction des paysages de l’innovation.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *