Retour sur un succès éditorial, La Nouvelle Alliance d’Ilya Prigogine et Isabelle Stengers (1979). Mise en récit apologétique de la thermodynamique des processus irréversibles loin de l’équilibre ou dialogue singulier entre un physicien et une philosophe ?

Le séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
(Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)
a le plaisir d’accueillir

 

Emanuel BERTRAND

maître de conférences HDR à l’ESPCI Paris, chercheur au  Centre Alexandre-Koyré (CNRS/EHESS/MNHN)

Il interviendra

le jeudi 24 novembre de 17 à 19h.
Lieu : Institut des sciences de la communication (ISCC), salle de conférence (rdc)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins

 

 

Résumé :

 

En 1979, est publié en France un ouvrage retentissant d’histoire et de philosophie des sciences, dont le titre n’hésite pas à puiser dans la symbolique biblique : La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science. Fait particulièrement original, les deux auteurs relèvent de deux champs disciplinaires a priori fort éloignés. D’un côté, Ilya Prigogine, né à Moscou en 1917 et prix Nobel de chimie en 1977, est un théoricien physico-chimiste belge internationalement reconnu de l’Université Libre de Bruxelles. Isabelle Stengers, née quant à elle en Belgique en 1949, est doctorante en philosophie des sciences, sous la direction d’Ilya Prigogine, précisément. Dans cette communication, nous nous efforcerons de montrer à quelles questions et à qui cherche à répondre cet ouvrage. Nous analyserons également ses partis-pris historiographiques et la nature des « nouvelles alliances » qu’il promeut. Dans cette perspective, nous montrerons comment les auteurs restent finalement prisonniers des frontières qu’ils entendent déplacer et dépasser, et en quoi ils perpétuent une hiérarchie cognitive implicite entre la physique et la philosophie.

 

Vous pouvez retrouver le programme complet du séminaire sur le blog de l’axe « L’Europe comme civilisation matérielle » du LabEx EHNE : https://europeflux.hypotheses.org/

 

Prochaines séances :

  • 1 décembre    David Aubin (IMJ-PRG/ASHiC, Université Pierre et Marie Curie)
    Flowcharts.
  • 8 décembre   Dominique Trudel (ISCC/Université du Québec à Montréal)
    La Tour Lumière Cybernétique de La Défense (1963-1978) : éléments pour une histoire technique et politique.
  • 15 décembre   Adeline Blaszkiewicz (Centre d’histoire sociale du XXe siècle/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Albert Thomas et l’innovation dans les usines d’armement : un avatar du réformisme
  • 2 février     Régis Briday (LATTS)
    Retour sur la controverse états-unienne au sujet de la destruction de la couche d’ozone dans les années 1970.
  • 23 févrierHartmut Rosa (Friedrich-Schiller-Universität Jena)
    Setting the world in motion and making it available: Why modernity’s mode of dynamic stabilization causes alienation and desynchronization.
  • 2 mars     Martina Schiavon (Université de Lorraine/ÉSPÉ de Lorraine)
    Le projet Bureau des longitudes (1795-1932) : de la valorisation du patrimoine à la recherche.
  • 9 mars     Ronan Le Roux (SPHERE/Université Paris-Est Créteil)
    Le Dr. Jacques Sauvan et le mystérieux Département Cybernétique de la SNECMA (1963-1970).
  • 16 mars     Bruno Belhoste (IHMC/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Le mesmérisme entre science et non-science, un débat au 18e siècle.
  • 23 mars     Pierre-Yves Beaurepaire (CMMC/Université de Nice Sophia-Antipolis)
    Communiquer dans l’Europe savante, de l’âge classique aux Lumières.
  • 30 mars     Karena Kalmbach (Technische Universiteit Eindhoven, TU/e)
    Using the past for debating the future: the role of Chernobyl in British and French nuclear discourses.
  • 20 avril     Rebekah Higgit (University of Kent)
    The Royal Observatory, Greenwich, in public: towards an ‘eccentric biography’ of the institution’s early years.
  • 27 avril     David Edgerton (King’s College London) sous réserve
    Transport and British history.
  • 4 mai     Lino Camprubi (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)
    Underwater Surveillance and the Modern Mediterranean.
  • 11 mai     Ana Cardoso de Matos (Universidade de Évora)
    L’hydroélectricité au Portugal dans le contexte européen : circulation des ingénieurs, transfert de technologie et construction des paysages de l’innovation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *